Le groupe Crédit Mutuel en 2016

Des résultats record qui valident l’efficacité de son modèle d’organisation




2016 EST UNE NOUVELLE FOIS L’ANNÉE DE LA PERFORMANCE POUR LE GROUPE CRÉDIT MUTUEL : MEILLEUR RÉSULTAT DE SON HISTOIRE POUR LA TROISIÈME ANNÉE CONSÉCUTIVE, SOLIDITÉ FINANCIÈRE CONFIRMÉE, INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES, INDUSTRIALISATION DES OUTILS, RESPONSABILISATION DES CAISSES LOCALES, AUTONOMIE DES GROUPES RÉGIONAUX…
 
Clés de cette réussite : le dynamisme des réseaux, l’importance donnée à la formation des salariés et élus mutualistes et, bien sûr, la proximité physique ou digitale pour toujours mieux servir le client.

Dans un paysage balayé par les vents contraires, chahuté par des taux bas, une concurrence et une réglementation accrues, le groupe Crédit Mutuel suit son cap avec un objectif : rester uni dans la diversité et affirmer la différence de son modèle pour construire la banque de demain. Ses forces sont une nouvelle fois reconnues : meilleur groupe bancaire français pour le magazine britannique World finance, le Crédit Mutuel est aussi à la première place des banques françaises pour le magazine américain Global finance. Pour la 10e fois, il vient de recevoir le premier prix du secteur banque, au Podium de la Relation Client BearingPoint TNS Sofres1.

DE BELLES PERFORMANCES

 
Malgré le contexte économique, le produit net bancaire (16,8 Md€) progresse de 3,1 % principalement grâce à l’activité des secteurs de la « banque de détail» (+ 0,7 %), des « banques grandes entreprises et banques d’investissement» (+ 2,5 %) et du secteur « Gestion d’actifs/Banque privée » (+ 1,6 %). Dans le contexte pénalisant des taux bas, la marge d’intérêt est affectée (- 2,5 %) tandis que les commissions nettes s’accroissent de 59 millions d’euros, portées par les commissions de comptes et de services. Le Groupe Crédit Mutuel a bénéficié comme d’autres établissements de la Place de l’opération VISA.

L’accroissement du PNB s’élève à 506 M€ ; retraité de cette cession, il se serait accru de 187 M€.
 
Les frais généraux s’accroissent de 364 M€ (+ 3,5 %) pour s’établir à 10,7 Md€, sous l’effet conjugué des variations de périmètre (acquisition des activités de leasing et d’affacturage de General Electric en France et en Allemagne, prise du contrôle exclusif de Targobank en Espagne par le groupe Crédit Mutuel- CM11, acquisition par le Crédit Mutuel Arkéa de Keytrade Bank), et des autres charges d’exploitation (dont les impôts et taxes). A périmètre constant, les frais généraux restent stables.
 
Le coefficient d’exploitation est quasiment stable à 63,5 % contre 63,2 % au 31 décembre 2015.
 
Le coût du risque global ressort à 937 M€, en baisse globale de 39 M€ (-4,0 %) mais il diminue de 144 M €, retraité des variations de périmètre. Cette situation confirme la bonne qualité des actifs du groupe et la gestion rigoureuse des risques. Cette baisse s’illustre tant sur les provisions individuelles que collectives. Le taux de crédits douteux poursuit également sa tendance baissière à 3,9 %, contre 4,1% en 2015.

La charge fiscale (1 695 M€) diminue de 146 M€, en lien principalement avec la baisse du taux (34,4% contre 38%). La plus-value Visa s’élève à 319 M€.
 
Le résultat net - part du groupe - atteint 3 253 M€ (+ 7,7 %) (Résultat net total :
3 278 M€, soit + 5,9 %), la bancassurance en représentant environ 85 %.

SOLIDITÉ FINANCIÈRE : AU 1ER RANG DES BANQUES FRANÇAISES

 
Le groupe Crédit Mutuel place au cœur de ses préoccupations la consolidation de ses capitaux propres, condition de sa solidité financière et du financement de son développement. Au 31 décembre 2016, ils s’élèvent à 49 540 M€ en hausse de 5,3 %.
 
La qualité et la robustesse de ses fonds propres et de ses actifs lui ont permis d’afficher un ratio de solvabilité Common Equity Tier One (CET1) sans clause transitoire, de 15,7 %.
 
Cette solidité financière a une nouvelle fois été confirmée par les stress tests européens publiés en septembre 2016, qui l’ont placé au 1 er rang des banques françaises et dans le peloton de tête des banques européennes. Ces résultats confirment la force du modèle coopératif qui assure à chacune de ses 2 100 caisses locales, 19 fédérations et 6 caisses fédérales, sécurité et développement dans le respect de leur diversité.
 
Cette solidité financière trouve également écho dans les notations attribuées au groupe qui lui permettent de figurer au meilleur niveau des banques françaises. Standard & Poor’s a amélioré, le 12 octobre 2016, la perspective de la note long terme du groupe (A perspective négative à A perspective stable). Celles de Moody’s et de Fitch restent identiques, respectivement Aa3 et A+ avec une perspective stable (notes attribuées à la BFCM). La note Moody’s du Crédit Mutuel Arkéa a été placée sous surveillance négative le 31 mai 2016.

UNE ACTIVITÉ COMMERCIALE SOUTENUE

 
Les principales données de l’exercice confirment la solidité du modèle économique du groupe et la forte implication de ses 24 000 élus mutualistes et de ses 81 657 salariés. Banque de proximité, le groupe est présent sur l’ensemble du territoire (plus de 5 800 points de vente.).
 
Le groupe Crédit Mutuel est également ouvert à l’international. Il est implanté dans treize pays européens.
 
En 2016, il a concrétisé de nouveaux accords, en France comme à l’international :
 
  • l’acquisition par la BFCM des activités de crédit-bail et d’affacturage de General Electric en France et en Allemagne. Ces activités permettront au groupe d’accroître ses parts de marché dans les métiers de financements spécialisés des entreprises et de renforcer sa présence en Allemagne, son second marché. Le Groupe devient le deuxième acteur du secteur en France ; 
  • l’acquisition par le Crédit Mutuel Arkéa de Keytrade Bank, leader du marché en banque et investissement en ligne en Belgique ;
  • la prise de contrôle majoritaire de Targobank Espagne par la BFCM
 

FORTE DYNAMIQUE COMMERCIALE ET SOUTIEN À L’ÉCONOMIE DANS LES TERRITOIRES

 
En 2016, la mobilisation de tous les collaborateurs et la relation de confiance qu’ils ont construite avec près de 31 millions de clients ont permis au groupe Crédit Mutuel de servir au mieux particuliers, associations, professionnels et ntreprises. Les efforts commerciaux des caisses locales et des agences ont articipé, malgré une concurrence accrue et des taux d’intérêt toujours très bas, à l’accroissement du nombre de sociétaires et de clients tout comme ils ont permis de proposer d’autres produits et services. Ses performances ont une fois de plus bénéficié de son fort ancrage régional, de son organisation coopérative non centralisée, de son réseau de proximité, des outils numériques et de son offre de qualité.

Épargne : une progression soutenue
 
L’encours total de l’épargne du groupe Crédit Mutuel affiche une croissance soutenue (+6,3%) sur ses différentes composantes, dépassant les 800 Md€. Les acquisitions réalisées en 2016 (entités de General Electric et Keytrade Bank) contribuent à cette progression.

Les dépôts de la clientèle contribuent pour 358,2 Md€ (+ 8,9 %) à ce résultat, poursuivant la dynamique entamée depuis plusieurs années. Une part de cette croissance provient des comptes courants (126,2 Md€, + 13,3 %), en lien avec l’attentisme  des  clients  face  au  contexte  de  taux.  Le  groupe  est  également particulièrement actif sur des produits tels que l’épargne logement (42,4 Md€, +10,1%) et les livrets (112,6 Md€, +11,3 %).

La part de marché en dépôts des réseaux en France poursuit sa hausse, atteignant 15,5%.



L’épargne financière hors-bilan représente 443,2 Md€, en progression de 4,3%, grâce à la croissance de l’épargne assurance et de l’épargne financière bancaire.
 

Soutien à l’économie

 

L’encours des crédits s’établit à 415,1 Md€, enregistrant une progression de 7,5 %. Cette évolution démontre une nouvelle fois cette année la forte volonté du groupe d’accompagner ses clients dans leurs besoins de financement privés ou professionnels.
 

Les crédits à l’habitat, qui représentent 50,1% du total des crédits, progressent de 3,8 % pour un encours de 208,1Md€.
 

Les crédits d’équipement atteignent 88,4 Md€, en hausse de 23,1 %. L’acquisition des entités d’affacturage et de crédit-bail de General Electric en France et en Allemagne (représentant un encours de 10 Md€) contribue à la forte progression des encours de crédit-bail (15,7 Md€) et de trésorerie (33,5 Md€).
 

Les crédits à la consommation (39,9 Md €) ressortent en hausse de 6,6%, grâce à une production dynamique dans les réseaux et les filiales spécialisées.

 

La part de marché des crédits des réseaux en France s’élève à 17,1%.
 

La poursuite de l’amélioration du ratio crédits / dépôts (115,9 % contre 152 % 8 ans plus tôt), illustre la réduction de la dépendance du groupe aux marchés pour son refinancement.

L’assurance, deuxième métier du groupe

Les filiales d’assurance du groupe – le Groupe des Assurances du Crédit Mutuel (GACM), Suravenir, Suravenir Assurances, et le groupe Nord Europe Assurances (NEA) ont maintenu un bon niveau d’activité grâce au dynamisme commercial dans le domaine de l’assurance de risques.

L’activité en assurance de risques affiche une bonne progression, principalement en assurance de biens (automobile et habitation qui bénéficient de nouvelles offres), mais également en assurance de personnes (santé et prévoyance). Le chiffre d’affaires en assurance-vie ressort quant à lui en légère baisse. Cette activité contribue pour 30 % au résultat net part du groupe.
 

INNOVATION ET RESPONSABILITÉ : LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L’HUMAIN

Les caisses locales du groupe Crédit Mutuel sont le centre d’une relation physique, digitale et téléphonique avec le client. Le groupe Crédit Mutuel répond à ses besoins en proposant des produits et services simples, innovants et sécurisés, et par la qualité du conseil.
 
Ainsi sont nées de nouvelles méthodes d’interaction entre le conseiller et le client et, concomitamment, de nouvelles perspectives professionnelles pour les collaborateurs, avec pour objectif toujours plus de réactivité et de proximité.
 
Points de vente, Internet fixe ou mobile sur smartphone et tablettes, téléphone, e-mails sécurisés, services monétiques, réseaux sociaux : la proximité fusionne le physique et le digital pour une disponibilité, une réactivité, une écoute et un conseil renforcés. A tout moment, les sociétaires-clients peuvent échanger avec leur conseiller au moyen d’un espace de dialogue confidentiel dans le cadre d’une relation choisie, enrichie et sécurisée. Les clients peuvent déjà souscrire des produits ou faire des simulations à distance. D’ici à fin 2018, ils pourront souscrire à distance l’essentiel des produits du groupe. Ils peuvent signer électroniquement et à distance un crédit à  la consommation, retrouver l’ensemble de leurs comptes, y compris ceux détenus à la concurrence, capturer des justificatifs sur smartphone, consulter leurs relevés et contrats en ligne… 

UNE GOUVERNANCE RÉNOVÉE, GARANTE DE LA COHÉRENCE ET DE LA SOLIDITÉ PRUDENTIELLE DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL
 

La réforme de l’organe central engagée depuis mars 2015 a été reconnue par la BCE dans ses décisions SREP de 2015 et de 2016 et permet à la Confédération Nationale du Crédit Mutuel de fonctionner de manière pleinement satisfaisante. Cette gouvernance rénovée s’est traduite notamment par :
 
  • la mise en place d’un cadre d’appétence au risque formalisé le 2 mars 2016 ;
  • la réforme des statuts du 21 mars qui a clarifié l’organisation : les dirigeants effectifs comme les responsables des fonctions confédérales sont indépendants des groupes régionaux, le conseil d’administration été réduit et des administrateurs indépendants ont été nommés, des comités spécialisés ont été créés et les effectifs ont été renforcés ;
  • la mise en place d’un mécanisme de solidarité incontestable le 14 septembre 2016, dans le respect des principes mutualistes de subsidiarité et de responsabilité et des exigences prudentielles de cohérence et de solidité.
 

La justice a confirmé toute l’étendue des missions et prérogatives de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel à travers notamment :
 
la décision du Conseil d’État du 13 décembre 2016 qui a rappelé que la Confédération était « entreprise mère dans l’union », qu’ « au plan juridique, et tant que le Crédit Mutuel Arkéa demeure affilié au réseau du Crédit Mutuel, il ne saurait être question à cet égard d’une quelconque forme d’indépendance de celui-ci vis-à-vis de la CNCM », et qu’ « il ne fait aucun doute que les contestations du Crédit Mutuel Arkéa étaient dénuées de caractère sérieux, parce que la CNCM, au fond, se bornait à demander l’application pure et simple de la loi » ;

et celle de l’Autorité de la Concurrence du 21 décembre 2016 qui s’est déclarée incompétente pour statuer sur la plainte du Crédit Mutuel Arkéa : « Le Conseil d’État a, en outre, reconnu que la CNCM disposait d’un pouvoir réglementaire à l’égard des caisses de Crédit Mutuel, c’est -à -dire du pouvoir d’imposer unilatéralement des prescriptions de portée générale à l’ensemble des caisses (…) ».
 
Par ailleurs, le Conseil d’administration de la CNCM , réuni le 18 mai 2016, a adopté à l’unanimité la délibération suivante : « La Confédération nationale, soucieuse de répondre aux inquiétudes exprimées par les caisses locales, les sociétaires et les salariés du Crédit Mutuel Arkéa, exprime fortement son attachement à l’autonomie des caisses et des fédérations, à leur liberté d’entreprendre et aux principes de subsidiarité, de solidarité et d’identité mutualiste. »
 
Le Crédit Mutuel en 2016 est une banque plus solide de sa réforme institutionnelle qui répond aux standards réglementaires qui sont ceux de tous les grands groupes bancaires et renforce plus encore les fondements de la confiance qui lui est faite.

A l’issue de la conférence de presse, Nicolas Théry, Président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel a indiqué : «Les résultats de l’année 2016 reflètent la dynamique de tous les groupes régionaux dans leur réelle diversité. Ils témoignent du foisonnement de leurs initiatives, de la qualité de leur transformation digitale et bien sûr de la confiance de leurs clients-sociétaires. Dans cet esprit, je suis heureux que la Confédération joue tout son rôle et rien que son rôle ; elle répond maintenant à toutes les exigences réglementaires ce qui est la garantie de la poursuite de cette dynamique »
 
Pascal Durand, Directeur Général de Confédération Nationale du Crédit Mutuel a indiqué : « Les résultats en hausse de 2016 témoignent du fort dynamisme de l’ensemble des groupes régionaux dans un environnement sous contrainte ; ils valident la force de l’appartenance au Groupe Crédit Mutuel comme cadre protecteur qui permet à l’ensemble des caisses locales et fédérations de bénéficier de la solidité et de la solidarité du Groupe, ce qui constitue un atout crucial face aux incertitudes économiques et géopolitiques. »

1 Les procédures d’audit sur les comptes consolidés sont en cours de réalisation. Le rapport de certification sera émis après finalisation des procédures requises pour les besoins de la publication du rapport financier annuel.
2 Incluant le résultat arrêté par le Conseil d’administration de la CNCM le 7 mars 2017.
3 : Baromètre Posternak/Ifop Quatrième trimestre 2016.
4 : Enquête réalisée par BearingPoint et Kantar TNS en novembre 2016 auprès de clients/usagers d’entreprises/administrations, issus d’un échantillon de 4 000 personnes.
 

GROUPE CRÉDIT MUTUEL
CHIFFRES-CLÉS


PNB : 16 824 millions €
Résultat net total : 3 278 millions €
Résultat net part du groupe : 3 253 millions €
Capitaux propres part du groupe : 49 540 millions €
Ratio Common Equity Tier one: 15,7 %
Ratio de levier : 6,1 %
Liquidity Coverage Ratio : 144,3 %

81 657 salariés
30,7 millions de clients

801,4 milliards € d’épargne
358,2 milliards € de dépôts
415,1 milliards € de crédits

17,1 % de part de marché en crédits bancaires
15,5 % de part de marché en dépôts

 

Partage

Contacts

Service presse
88-90, rue Cardinet - 75017 Paris
pressecontact@creditmutuel.fr

  • Communiqués de Presse
  • 2017