Le groupe Crédit Mutuel en 20151

Vitalité des réseaux et solidité financière

 
En 2015, le groupe Crédit Mutuel, porté par la vitalité de ses réseaux, a poursuivi son développement en apportant à ses sociétaires et clients, clés de voûte de son organisation coopérative, un service compétitif, performant et personnalisé. Son dynamisme commercial, la mobilisation constante de ses 78 800 salariés au service du client et sa réactivité lui ont permis de renforcer ses positions dans les différents métiers : banque, assurance et services technologiques.
 
Avec un résultat net part du groupe de 3 020 millions d’euros (+ 2,2 %) et un résultat net total de 3 095 millions (+ 2,2 %), 47 055 millions de capitaux propres part du groupe (+ 7,1 %) et un ratio CET1 de 15,8 %, il affiche un solide bilan financier.
 
Ses compétences ont été régulièrement saluées : premier prix du secteur banque au Podium de la Relation Client BearingPoint TNS Sofres3, en tête des banques françaises pour le magazine américain Global finance, meilleur groupe bancaire français pour le magazine britannique World finance.
 
Acteur majeur de la bancassurance, il a participé au soutien de l’économie sur l’ensemble du territoire français, tout en développant ses partenariats à l’international.
 
1 Les procédures d’audit sur les comptes consolidés sont en cours de réalisation. Le rapport de certification sera émis après finalisation des procédures requises pour les besoins de la publication du rapport financier annuel.
2 Incluant le résultat arrêté par le Conseil d’administration de la CNCM le 2 mars 2016.
3   Enquête réalisée par BearingPoint et TNS Sofres en novembre 2015 auprès de clients, usagers, d’entreprises, administrations, issus d’un échantillon de 4000 personnes.


La poursuite du développement

 
Les principales données de l’exercice confirment la solidité du modèle économique du groupe, la qualité du service et de la relation commerciale.
 
Banque de proximité présente sur l’ensemble du territoire français, le groupe Crédit Mutuel est également ouvert à l’international. Il est implanté dans treize pays européens.
 
L’année 2015 a notamment été marquée par :
 
-      l’entrée en négociation exclusive de la BFCM avec General Electric en vue de l’acquisition de ses activités de leasing et d’affacturage en France et en Allemagne. Cette opération permettra d’accroître ses parts de marché dans les métiers de financement spécialisé des entreprises et de renforcer sa présence en Allemagne, son second marché ;
 
-      l’entrée en négociation exclusive du Crédit Mutuel Arkéa avec Crelan, banque coopérative belge, en vue du rachat de l’ensemble des activités de Keytrade, leader de la banque en ligne en Belgique ;
 
-      le renforcement de la présence au Portugal de Cofidis, déjà présent dans huit pays européens, par l’acquisition de la totalité du capital de Banco Banif Mais, SA, principal opérateur spécialisé sur le crédit automobile au Portugal ;
 
-      la consolidation de sa présence en Espagne avec l’acquisition d’Atlantis qui permettra, avec l’intégration d’Agrupacio en 2012, de consolider sa croissance sur le territoire espagnol ;
 
-      l’extension de ses activités au Royaume-Uni puis, début 2015, aux États-Unis en matière de gestion d’actifs et patrimoniale avec le Groupe La Française (Crédit Mutuel Nord Europe).
 

Une structure financière solide

 
Fort de son modèle mutualiste et propriété de ses seuls sociétaires, le groupe Crédit Mutuel place au cœur de ses préoccupations la consolidation de ses capitaux propres, conditions de sa solidité financière et du financement de son développement. Au 31 décembre 2015, ils s’élèvent à 47 055 M€ en hausse de + 7,1 %.
 
En 2015, la qualité et la robustesse de ses actifs lui ont permis d’afficher un ratio de solvabilité Common Equity Tier One (CET1) sans clause transitoire, de 15,8 %.
 
Le ratio de levier s’élève à 6,2 % sans clause transitoire. Il est établi selon les règles de l’Acte délégué publié par la Commission européenne le 10 octobre 2014.
 
Gage de sécurité pour les sociétaires-clients et d’un développement pérenne, cette solidité financière trouve écho dans les notations attribuées au groupe. Noté A par Standard & Poor’s avec une perspective négative, Aa3 chez Moody’s avec une perspective stable (BFCM) et A+ chez Fitch avec une perspective stable (BFCM), il continue à figurer au meilleur niveau des banques françaises.
 

Une vitalité commerciale au service de l’économie

 
En 2015, la mobilisation de tous les collaborateurs et la relation de confiance qu’ils ont construite avec leurs clientèles ont permis au groupe Crédit Mutuel de servir au mieux particuliers, associations, professionnels et entreprises. Dans un environnement économique marqué par un important volume de rachats et de renégociation de crédits, la mobilisation des collaborateurs a permis de renforcer la relation de confiance avec plus de 30 millions de clients, qu’il soient particuliers, associations, professionnels, institutionnels et entreprises, et de leur offrir un service toujours meilleur. Les efforts commerciaux des caisses locales et des agences ont participé également à l’accroissement du nombre de sociétaires et de clients tout comme ils ont permis de proposer d’autres produits et services à ces nouveaux clients.
 
Grâce à son ancrage régional, le groupe Crédit Mutuel a conforté la pertinence de son modèle de développement, affirmant sa différence auprès de ses sociétaires-clients, notamment des PME et PMI, dont il est le 3e financeur.
 
Bonne progression de l’épargne
 
L’encours total de l’épargne du groupe Crédit Mutuel affiche une croissance soutenue sur ses différentes composantes.
 
Les dépôts de la clientèle contribuent pour 328,8 Mds€ (+ 7,7 %) à ce résultat, poursuivant ainsi la dynamique entamée depuis plusieurs années. Même si une part de cette croissance provient des comptes courants (111,5 Mds€, soit + 17,3 %), le groupe reste particulièrement actif sur des produits tels que l’épargne logement (38,6 Mds€, soit + 12,4 %) et les livrets ordinaires (28,4 Mds€, soit + 3,3 %). La part de marché en dépôts des réseaux en France atteint 15,2 %.



L’épargne financière hors-bilan connaît également une bonne progression, grâce à la croissance de l’épargne assurance, malgré la baisse des rendements, et de l’épargne financière bancaire, dynamisée par les pôles spécialisés du groupe.
 
Soutien à l’économie
 
L’encours des crédits s’établit à 386,0 Mds€ , enregistrant une progression de 5,8 %. Cette évolution démontre une nouvelle fois cette année, la forte volonté du groupe d’accompagner ses clients dans leurs besoins de financement privés ou professionnels.
 
Les crédits à l’habitat (200,6 Mds€ ), portés par le contexte de taux particulièrement favorable, marquent leur plus forte progression depuis 2010 (+ 5,9 % en un an). Cet accroissement est lié pour une part à une forte dynamique commerciale et de l’autre, aux rachats de crédits qui représentent, en 2015, 34 % de la production des réseaux. Les crédits à la consommation (37,4 Mds€) poursuivent également leur croissance (+ 2,5 %) dans les réseaux et les filiales spécialisées.
 
Pour les professionnels et les entreprises, les crédits à l’équipement (71,8 Mds€ ) et de crédit-bail (12,6 Mds€) enregistrent de bonnes progressions, respectivement de 6,7 % et de 5,0 %. Les crédits de trésorerie (25,7 Mds€) voient quant à eux, leur encours s’accroître de 15,2 % après une baisse de 2,3 % en 2014.

 Au terme de l’exercice, le groupe détient 17,2 % de part du marché des crédits des réseaux en France.
 
La poursuite de l’amélioration du ratio crédits / dépôts (117,4 % contre 141,4 % 5 ans plus tôt), illustre la réduction de la dépendance du groupe aux marchés pour son refinancement.
 
 
L’assurance, l’autre métier du groupe
 
Les filiales d’assurance du groupe – le Groupe des Assurances du Crédit Mutuel (GACM), Suravenir, Suravenir Assurances, Novelia et le groupe Nord Europe Assurances ont maintenu un bon niveau d’activité grâce au dynamisme commercial dans le domaine de l’assurance de risques. Ces filiales sont au service de plus de 14 millions d’assurés et représentent un portefeuille de plus de 36 millions de contrats.
 
L’activité en assurance de risques affiche une croissance soutenue, tant en assurance de biens (plus particulièrement habitation et automobile qui bénéficient de nouvelles offres), qu’en assurance de personnes (santé et prévoyance). Le chiffre d’affaires en assurance-vie est quant à lui en légère baisse, du fait d’une moindre collecte restant principalement orientée en euros.
 
Cette activité contribue pour près de 31 % au résultat net part du groupe.
 

Une bonne performance 2015

 
En 2015, le Produit Net Bancaire (16,3 Mds€) progresse de 5,9 % principalement grâce à  l’activité des secteurs de la « banque de détail » et des « banques grandes entreprises et banques d’investissement ». La marge d’intérêt diminue légèrement en raison du contexte de taux bas. Les commissions progressent quant à elles, de 9,6 %, du fait de l’importante activité de crédit, notamment à l’habitat. Les résultats sur les portefeuilles titres bénéficient du contexte des marchés financiers.
 
Les frais généraux s’accroissent de 451 M€, sous l’effet principalement des charges de personnel (+ 4,8 %), qui progressent essentiellement en raison de l’intéressement / participation, des variations de périmètre et des autres charges d’exploitation (+ 129 M€), dont 54 M€ au titre de la contribution au Fonds de Résolution Unique.
 
Le coefficient d’exploitation s’améliore à 63,1 % contre 64,0 % au 31.12.2014.
 
Le coût du risque s’établit à 976 M€, en baisse de 7,0 %. Cette baisse se retrouve tant sur le risque provisionné sur base individuelle (-41 M€) que sur base collective (-32 M€ ) et reflète une gestion rigoureuse des risques combinée à un dynamisme des équipes en relation avec les clients. Hors provision collective, le taux de couverture s’établit à 60,0 % contre 59,3 % en 2014. Le taux de crédits douteux s’abaisse également, passant de 4,3 % à 4,1 %.
 
La charge fiscale (1 841 M€ ) augmente de 21,4 %, du fait de la progression du résultat et de la non déductibilité, à compter de 2015, de certaines taxes et d’évènements exceptionnels ayant minoré l’impôt 2014.
 
Le résultat net - part du groupe - atteint 3 020 M€ (+ 2,2 %) (Résultat net total : 3 095 M€, soit + 2,2 %), la bancassurance en représentant l’essentiel.
 

Technologies : innovation et proximité au bénéfice des sociétaires-clients

 
Banque à distance et mobile, téléphonie mobile, télésurveillance résidentielle, offre monétique, solutions de paiements mobiles : les solutions technologiques les plus innovantes et sécurisées sont au cœur de la qualité de l’offre de service du groupe. Elles contribuent à toujours plus de réactivité et de proximité au bénéfice des sociétaires-clients.
 
En appui du réseau, l’offre de banque à distance propose, à travers les principaux sites du groupe et leurs déclinaisons pour tablettes et iPhone, une palette complète de services technologiques les plus avancés. Le conseiller et le client peuvent échanger au moyen d’un espace de dialogue confidentiel et sécurisé et le contenu des sites est personnalisé à partir des informations communiquées par les clients. Ces derniers peuvent ainsi utiliser à leur gré tous les canaux de relation selon leurs besoins, à tout moment et en tout point du territoire.
 
Le groupe a fêté ses dix ans d’activité dans la téléphonie. L’offre proposée à cette occasion a rencontré un succès considérable avec une progression de 200 000 abonnés sur l’année (1,5 million au total).
 
Le groupe est n°1 français de la télésurveillance résidentielle et n°3 en Europe. Fort de son expérience des objets connectés, il fait évoluer son offre vers la domotique.
 
L’activité monétique est en pleine croissance. Le groupe est 2e en France avec 19,3 % du marché global. Il conforte sa première place pour les paiements effectués en France chez les commerçants affiliés avec 23,8 % de part de marché. Il est présent sur tous les créneaux : grands noms de la distribution intégrée, réseaux de franchisés, commerçants indépendants.
 
Le groupe est n°1 pour la carte d’achat dans le secteur public local. Après Diners Club en 2014, le groupe a ajouté en 2015 la banque chinoise Union Pay International (UPI) à son réseau d’acceptation de cartes bancaires.
 
Le projet Monetico, conduit avec le groupe canadien Desjardins, place le groupe Crédit Mutuel parmi les dix plus grands acquéreurs mondiaux (fournisseurs de solutions de paiements électroniques chez les commerçants). L’activité se décline autour de plusieurs offres : Monetico TPE, terminaux de paiement transfrontières, Monetico Resto, solution dématérialisée de titres restaurant et Monetico Mobile, qui permet aux professionnels d’accepter le paiement par carte bancaire partout où il y a du réseau de téléphonie mobile.
 
Le projet Fivory combine au sein d’une seule application mobile le paiement, la fidélisation et les bons plans pour faciliter les achats. Il poursuit son déploiement sur le territoire et intègre de nouveaux partenaires.
 

Réforme de l’organe central du Crédit Mutuel

 
Dans le prolongement des décisions annoncées le 20 janvier dernier, le conseil d’administration de la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM), réuni ce jour, a décidé :
 
-      de faire appel de la décision du tribunal de grande instance (TGI) de Paris du 19 janvier 2016, qui a annulé la transformation de la Confédération d’association loi de 1901 en société coopérative, décidée par l’assemblée générale extraordinaire du 14 octobre 2015 (avec une majorité de plus de 86 % des voix) ;
 
-      de poursuivre la réforme demandée par les autorités de tutelle et de convoquer une nouvelle assemblée générale mixte (extraordinaire et ordinaire) le 21 mars prochain afin de modifier les statuts de la Confédération ; parallèlement, est aussi convoquée une assemblée générale de la Caisse centrale du Crédit Mutuel (CCCM) avec un ordre du jour similaire.
 
La décision du TGI empêche, à l’heure actuelle, la transformation de la CNCM en établissement de crédit, initialement demandée par les autorités prudentielles. Dans ces conditions, le projet de statuts modifiés permet, tout en conservant la forme juridique d’association, d’apporter une réponse positive aux instances de tutelle et de supervision, avec lesquelles le dialogue s’est poursuivi depuis la décision du 19 janvier, principalement sur les questions de gouvernance. Les statuts modifiés prévoient :
 
-      de réduire le nombre d’administrateurs à dix-huit, dont deux administrateurs indépendants ;
 
-      d’instituer une direction générale distincte de celle des groupes régionaux ;
 
-      d’instaurer des limites d’âge pour les administrateurs et dirigeants ;
 
-      de préciser les mécanismes de sanction ;
 
-      de préciser les mécanismes de solidarité tout en prenant en compte les responsabilités respectives de la Confédération et de la Caisse centrale.
 
Il est prévu de dupliquer cette gouvernance dans les statuts de la CCCM, déjà établissement de crédit, qui continuera d’être, aux côtés de la CNCM, son outil technique.
 
Le conseil d’administration de la CNCM rappelle que ces changements respectent l’identité du Crédit Mutuel et le principe de subsidiarité qui s’y est toujours appliqué, dans le souci du service aux sociétaires et d’un financement efficace de l’économie dans toutes les régions. Ces modifications statutaires n’ont évidemment pas d’incidence sur l’emploi, que ce soit au sein de la Confédération et de la Caisse centrale ou encore moins dans les fédérations régionales et caisses fédérales.
 
Il rappelle également son attachement indéfectible à l’unité, à l’intégrité et à la solidarité au sein du Crédit Mutuel, dans le seul souci de servir les sociétaires et clients du groupe.
 
Commentant ces résultats, le Président Lucas a déclaré : « En 2015, le groupe Crédit Mutuel a renforcé sa solidité financière et affirmé, par la vitalité de ses réseaux, sa mission de banque au service de ses sociétaires-clients et de ses plus de 30 millions de clients. Son expertise toujours renouvelée dans les nouvelles technologies lui a permis d’appréhender la digitalisation de la relation client, tout en continuant à s’appuyer sur son réseau physique de près de 6 000 points de vente.
 
Acteur majeur de la bancassurance de détail, il a su s’adapter aux évolutions rapides des différents métiers et offrir à ses 78 800 salariés la formation nécessaire permettant de toujours mieux « aider et servir » le client.
 
Ouvert sur l’Europe et le monde, il a poursuivi son développement à l’international par une politique d’acquisitions et de partenariats raisonnés.
 
Une fois de plus, ses résultats en font l’un des acteurs incontournables de l’économie au service de l’ensemble des régions, au service de la collectivité et de l’économie réelle. »

 

GROUPE CREDIT MUTUEL

Les chiffres-clés 2015

PNB : 16 318 millions €
Résultat net total : 3 095 millions €
Résultat net part du groupe : 3 020 millions €
Capitaux propres part du groupe : 47 055 millions €
Ratio Common Equity Tier one : 15,8 %

78 800 salariés
30,7 millions de clients

753,6 milliards € d’épargne
328,8 milliards € de dépôts
386,0 milliards € de crédits

17,2 % de part de marché en crédits bancaires
15,2 % de part de marché en dépôts
 

Un émetteur de qualité

Standard & Poor’s : A avec une perspective négative

Fitch : A+ avec une perspective stable*
Moody’s : Aa3 avec une perspective stable*
* note attribuée à la BFCM

Partage

Contacts

Service presse
88-90, rue Cardinet - 75017 Paris
pressecontact@creditmutuel.fr

  • Communiqués de Presse
  • 2016